Desert-dwelling African elephants (Loxodonta africana) in Namibia dig wells to purify drinking water


Abstract


In the arid regions of southern Africa, elephants (Loxodonta africana) are known to dig wells using their feet and trunks to access water beneath the surface of dry sandy riverbeds. This behaviour is observed even in areas where surface water is readily available. Desert-dwelling elephants of northwestern Namibia also routinely damage borehole infrastructure to access water, even when water is available in artificial drinking pools. This study sought to determine the qualities of the water in ‘elephant wells’ and boreholes that prompt elephants to go to such extremes to access it. This study compared faecal coliform bacterial counts in water sampled from recently dug elephant wells and boreholes with samples from the nearest surface water available to elephants in the arid Kunene region of northwestern Namibia. Results of 13 pairwise comparisons collected over two field seasons revealed significantly lower coliform counts in the elephant wells than in the nearest surface water or drinking pools. Coliform counts from the two boreholes in the study area, periodically damaged by elephants, were also dramatically lower. Alternatively, we found no evidence that elephant wells were less saline than nearby surface waters. We conclude that these behaviours are attempts by elephants to access lesscontaminated drinking water. Understanding elephant behaviour in selecting water sources may also help in the development of more effective measures to protect artificial water sources and better provide for the needs of desert-dwelling elephants.

Résumé

Dans les régions arides d’Afrique australe, les éléphants (Loxodonta africana) sont connus pour creuser des puits à l’aide de leurs pattes et leurs trompes afin d’accéder à l’eau sous la surface des lits de rivières sablonneux et secs. Ce comportement est observé même dans les zones où l’eau de surface est facilement disponible. Les éléphants des déserts du nord-ouest de la Namibie endommagent régulièrement aussi les infrastructures des puits pour accéder à l’eau, même quand celle-ci est à leur disposition dans les mares artificielles immédiatement adjacentes. Cette étude visait à déterminer la qualité de l’eau dans « les puits des éléphants » et les forages qui font que les éléphants aillent à de tels extrêmes pour y accéder. Cette étude a comparé le nombre de bactéries coliformes fécaux des échantillons d’eau prise à partir des puits et des forages récemment creusés par les éléphants avec des échantillons d’eau de surface la plus proche à la disposition des éléphants dans la région aride de Kunene du nord-ouest de la Namibie. Les résultats de 13 comparaisons par paires collectées pendant deux saisons sur le terrain ont révélé des nombres de coliformes significativement plus faibles dans les puits d’éléphants par rapport à l’eau de surface la plus proche ou à la mare d’abreuvage. Les coliformes provenant des deux forages endommagés périodiquement par les éléphants dans la zone d’étude, étaient également nettement inférieurs. D’ailleurs, nous n’avons trouvé aucune preuve que les puits des éléphants étaient moins salés que les eaux de surface à proximité. Nous concluons que ce comportement de creuser des puits et de s’attaquer aux forages sont des tentatives des éléphants d’accéder à l’eau potable moins contaminée. La compréhension du comportement des éléphants dans leurs choix des sources d’eau peut également aider au développement des contre-mesures plus efficaces pour protéger les sources d’eau artificielles et mieux répondre aux besoins des éléphants du désert et aider à leur survie à long terme.

Keywords


Elephants; bacteria; fecal coliform; water quality; animal behaviour

Full Text:

PDF


Powered by PostgreSQL Hosted by ibiblio Creative Commons License